Skip to content

Un officier de l’Armée du Salut entre dans le concert du culte protestant

Après 134 ans de présence dans le royaume de Belgique, l’intégration du mouvement salutiste dans la société belge fait un pas de plus : la reconnaissance de la paroisse de Bruxelles et l’ajout du major André Masende au rôle des ministres du culte protestants évangéliques.

Major André Masende

Ce pas est la suite naturelle de la signature d’un accord de partenariat entre l’Église Protestante Unie de Belgique et l’Armée du Salut le 12 avril 2001. Ce jour-là, le Pasteur Daniel Vanescote, Président du Conseil Synodal et le Lieutenant-Colonel Keith Howarth, Chef pour la Belgique, affirment la reconnaissance mutuelle des deux dénominations comme une expression visible du Corps de Christ en Belgique. Cet accord ne consiste pas en une unité administrative ou organique mais les parties déclarent respecter réciproquement les sacrements et ministères. Unis en partenariat, nous voulons être une référence des pouvoirs publics pour les services de l’église et l’introduction des reconnaissances de paroisses et postes pastoraux.

Les diverses dénominations partenaires constituent dès lors un comité de stratégie organisant la coordination des relations et activités communes.

Il faut rendre hommage à la ténacité démontrée par les invitations et initiatives adressées à l’Armée du Salut par l’Église Protestante Unie dès la fin 1997 où déjà, une première rencontre d’explication a été organisée rue du Champ de Mars à Ixelles.

Au sein de l’Armée du Salut, des entretiens exploratoires ont été entamés par le Lieutenant-Colonel Donald Ritson en 1998. Puis, un comité composé du Lieutenant-Colonel Keith Howarth, du Major Roland Boutet, du Colonel Samuel Vanderkam (R), des Lieutenants Roger Gielens et Jean Olekhnovitch a étudié les documents, rencontré le président de l’EPUB et rendu un avis écrit. Enfin, l’ensemble des officiers ont été consultés, de même que le Quartier général international de l’Armée du Salut pour les aspects juridiques.

25 ans après les premières discussions, ce premier aboutissement est un signe institutionnel et spirituel : la valeur du ministère de témoignage et de service de notre mouvement en Belgique n’est pas ignorée et s’inscrit en communion avec l’Eglise et la société.

Major Jean Olekhnovitch
Officier responsable pour la Belgique

Nos derniers articles

24 ans au service des femmes

L’Armée du Salut veut répondre aux besoins d’aide et de protection des femmes en situation…

Lire plus

Faire le dernier bout de route ensemble

« La vie est beauté, admire-la. La vie est une promesse, tiens-la. La vie est…

Lire plus

Des jeux à Paris, les sans-abris deviennent gênants pour certains !

Du 26 juillet au 11 août et du 28 août au 8 septembre 2024, les…

Lire plus
Back To Top