skip to Main Content

Aide humanitaire offerte par l’Armée du Salut en réponse à la crise entre la Russie et l’Ukraine

Comme nous le savons d’après les reportages internationaux et les déclarations d’autres organismes officiels, les régions de l’est et du sud de l’Ukraine continuent d’être confrontées à de violents combats, exacerbant la crise humanitaire déjà très grave. Alors que les combats intenses et les frappes aériennes continuent de faire des victimes civiles et d’endommager les infrastructures civiles dans tout le pays, la durée de la loi martiale en Ukraine a été prolongée jusqu’au 25 mai 2022.

.Selon l’Organisation internationale pour les migrations des Nations unies, 600 000 personnes supplémentaires ont été déplacées à l’intérieur du pays au cours des 17 premiers jours d’avril, ce qui porte le nombre total de personnes déplacées à l’intérieur du pays à 7,7 millions. Au total, près de 12,8 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays ou au-delà des frontières depuis le 24 février.

Le bilan civil de l’offensive militaire en cours a maintenant dépassé les cinq mille morts. Au 20 avril, le nombre de victimes civiles depuis le 24 février 2022 s’élève à 5 264, dont 2 345 tués et 2 919 blessés, selon le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

Réaction à travers l’Europe

L’Armée du Salut a continué à répondre à la crise humanitaire qui se déroule en Europe à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, tout en reconnaissant que tout le monde en Russie ne soutient pas la guerre ou n’est pas libre d’exprimer son objection, et qu’il y a des Ukrainiens qui vivent en Russie aujourd’hui. L’Armée du Salut a répondu aux besoins des réfugiés dans tous les pays européens où elle est présente, sauf deux, en leur fournissant de la nourriture, des produits d’hygiène, des conseils pratiques et un soutien spirituel. Comme toujours, ces soins sont offerts sans préjugés ni discrimination à tous ceux qui en ont besoin.

Le nombre de personnes quittant l’Ukraine a diminué et, selon des informations non encore confirmées, un certain nombre de personnes retourneraient en Ukraine. L’Armée du Salut en Ukraine fournit des secours tels que des sandwiches, des repas chauds, des boissons chaudes, de l’eau potable et d’autres articles non alimentaires aux personnes déplacées à l’intérieur du pays dans divers endroits. Des villes comme Lviv, près de la frontière avec la Pologne, accueillent un grand nombre de personnes déplacées et l’Armée du Salut a pu y transporter des marchandises à trois postes (églises). Une autre livraison était prévue pour la fin du mois d’avril.

Le territoire d’Europe de l’Est et les services d’urgence internationaux du siège international (IHQ) sont en contact quotidien avec les responsables des postes à Lviv. Il est également prévu de mettre en œuvre un programme de « soins pour les soignants » afin d’apporter à tous les intervenants un soutien spirituel supplémentaire. Les officiers restent en grande partie dans leur poste et servent là où ils ont été nommés. Les femmes officières et les enfants ont eu la possibilité d’évacuer vers la Moldavie, mais la plupart ont décidé de rester.

À Dnipro, l’Armée du Salut a préparé des tartes sucrées et les a distribuées aux personnes déplacées. Elle a également distribué plus de 100 pièces d’équipement de survie – fournies par la Croix-Rouge – aux personnes déplacées à la gare chaque jour. À Lviv, l’Armée du Salut a stocké d’autres fournitures et a partagé les coordonnées de personnes à contacter sur les médias sociaux pour permettre aux personnes déplacées d’entrer en contact et de recevoir les articles les plus essentiels. Des denrées alimentaires et des articles non alimentaires, dont le besoin est urgent, ont été acheminés en Ukraine via la Pologne.

D’autres voyages sont prévus.

Dans le Centre fédéral d’asile en Suisse, l’Armée du Salut – en collaboration avec Caritas – continue de gérer un service de placement pour les personnes déplacées remplissant les conditions requises. Jusqu’à présent, plus de 1000 personnes ont été placées grâce à ce système.

Accueil

Le centre d’accueil initial en Suisse, d’une capacité de 500 places dans les installations de la protection civile « ‘Allmend’ » est désormais entièrement géré par l’Armée du Salut, de même que quatre autres abris de courte durée pouvant accueillir environ 280 personnes. Un cinquième abri, d’une capacité d’environ 150 personnes, est en cours de planification. Le plus grand refuge, d’une capacité de 1 000 chambres, a été installé dans un village de conteneurs dans le quartier de Vierefeld à Berne.

L’Armée du Salut gère désormais une « installation de protection civile » à Berne, avec 500 places en plus des abris pour réfugiés existants. Le centre de dépôt de vêtements Hope à Zurich, a ouvert ses portes et 453 bons ont été utilisés, chaque bon permettant à une personne de collecter 10 vêtements. La friperie de Brocki a produit 10 000 bons permettant de bénéficier d’une réduction unique de 50 % sur les achats, à titre d’aide d’urgence pour les réfugiés remplissant les conditions requises.

Le territoire d’Europe de l’Est a élaboré des affiches et des dépliants en plusieurs langues qui sont désormais utilisés dans tous les sites dans le cadre de son action contre la traite des êtres humains.

Les pays d’accueil voisins comme la Hongrie, la Moldavie, la Pologne et la Roumanie ont également été touchés par la crise. L’Armée du Salut en Hongrie s’est rendue à la frontière très tôt après le début de la guerre pour évaluer les besoins probables. Le territoire suisse, autrichien et hongrois de l’Armée du Salut soutient la région hongroise dans sa réponse, à la fois en fournissant du personnel du territoire et des articles de première nécessité. Une équipe d’urgence a soutenu les réfugiés en aidant à accueillir les personnes à la frontière, et dans le centre d’hébergement d’urgence en fournissant un soutien émotionnel et spirituel.

À Budapest, 22 sites ont été mis à disposition pour l’accueil des réfugiés. Le poste de Gyöngyös et le Centre Remeniség prépareront de la nourriture pour 40 personnes dès que la ville aura étendu son aide à l’accueil de nouveaux réfugiés. Les membres du poste de Debrecen et de Miskolc ont également été mobilisés pour soutenir le travail aux différents postes frontières.

Plus de 500 000 réfugiés ont franchi la frontière hongroise, et d’innombrables bénévoles aident à subvenir aux besoins des personnes dans le besoin. Cinquante-deux palettes de matériel de secours sont arrivées de l’Armée du Salut en Suisse, tandis que le personnel de l’Armée du Salut a parcouru près de 9 000 kilomètres et passé 1 500 heures ces dernières semaines à aider les réfugiés ukrainiens en Hongrie.

Travailler en partenariat

En partenariat avec le gouvernement local, le poste d’Ungheni, en Moldavie, fournit des services quotidiens aux réfugiés ukrainiens, femmes et enfants. L’établissement compte quelque 90 chambres privées avec accès à des cuisines. L’Armée du Salut fournit des vêtements, de la nourriture, des services de blanchisserie et un soutien émotionnel et spirituel. En plus des salles communautaires et d’une aire de jeux extérieure, il existe un programme de salles de classe permettant aux enfants russophones de poursuivre leur éducation. L’Armée du Salut travaille également en coordination avec le « Centre d’accueil des réfugiés » dans le village de Mikhaylany, dans le district de Ryshkansky.

Pendant la période du corridor humanitaire en mars, l’équipe de l’Armée du Salut en Moldavie a réussi à envoyer des articles médicaux d’urgence à travers la frontière où une équipe d’Ukraine les a transportés vers une unité de soins intensifs pour enfants à Odessa. Plusieurs voyages pour transporter d’autres articles ont eu lieu depuis. L’Armée du Salut en Moldavie fournit également une assistance gratuite aux réfugiés d’Ukraine, notamment un hébergement temporaire, des repas et des boissons chaudes et l’accès au Wi-Fi.

De la nourriture pour tous

L’Armée du Salut a préparé des colis de secours pour les réfugiés ukrainiens qui arrivent en Pologne. Les officiers régionaux et les officiers de corps de Varsovie, ainsi que les membres de l’équipe IHQ IES, ont fourni des articles de première nécessité à un centre d’accueil de Varsovie début avril. En anglais, le panneau ukrainien indique « Welcome, free food for all » (Bienvenue, nourriture gratuite pour tous), un simple geste de bonté qui représente beaucoup pour ceux qui fuient leur maison.

L’Armée du Salut travaille également dans le centre d’accueil des réfugiés de Romexpo, à Bucarest, aux côtés de la municipalité et d’autres parties prenantes. Une partie des responsabilités consiste à sensibiliser les gens aux risques de la traite des êtres humains. Du matériel d’information a été élaboré en plusieurs langues et, à ce jour, plus de 4 000 familles de réfugiés ukrainiens l’ont reçu, ainsi que des milliers de bons d’achat de supermarché destinés spécifiquement aux familles avec enfants.

En mars, des dizaines de milliers de réfugiés sont passés par le camp de Siret en Roumanie. L’équipe d’urgence de l’Armée du Salut a offert son aide pour remplir les documents des demandeurs d’asile, a donné des conseils sur la façon d’obtenir des documents d’identification biométriques, a aidé à gérer les aspects émotionnels des réunions familiales avec ceux qui attendent à l’extérieur du camp, et a coordonné les besoins et la distribution de matériel de secours avec d’autres organisations.

Sanctuaire et soutien

D’autres pays hôtes ont également offert refuge et soutien. C’est le cas de l’Autriche, où l’Armée du Salut travaille en réseau avec des organisations partenaires pour aider les personnes qui ont fui la zone de guerre. Échangeant des informations avec l’Armée du Salut en Suisse et en Hongrie, l’Autriche suit également l’évolution de la situation en Ukraine et dans les pays voisins.

Les salutistes belges ont apporté un soutien financier à une jeune femme ukrainienne pour qu’elle puisse se rendre de Roumanie à Bruxelles. Elle a été accueillie à son arrivée en Belgique et se trouve maintenant dans un logement temporaire fourni par l’équipe salutiste belge.

Deux officiers russophones de Bulgarie se sont rendus à la frontière avec la Roumanie pendant quatre jours en avril pour se joindre à la Croix-Rouge dans la distribution de colis alimentaires, de repas chauds et pour offrir une oreille attentive aux réfugiés et à ceux qui veulent retrouver leurs proches. Plus de 400 personnes ont été aidées.

La République tchèque abrite déjà quelque 200 000 Ukrainiens et prévoit donc que de nombreux autres réfugiés y chercheront un soutien auprès de leurs familles et amis. L’Armée du Salut dispose d’une capacité dans les services sociaux existants en République tchèque. Depuis février, elle est donc prête à fournir une aide sans affecter la clientèle existante.

Le territoire du Danemark prépare un projet à Tønder, une ville située à la frontière allemande. Le territoire a un projet en cours pour les familles défavorisées, et de nombreux Ukrainiens ont demandé de l’aide. En mars, les négociations se sont déroulées au niveau municipal, mais l’Armée du Salut a apporté son aide en soutenant des programmes sociaux et en offrant une aide de base comme de la nourriture, de l’hygiène, des programmes d’inclusion et des activités pour les enfants.

Travaux d’hébergement

En mars également, les institutions sociales de l’Armée du Salut en France ont discuté avec l’État français de la gestion des lieux d’hébergement des réfugiés. Au Havre, dans le nord-ouest de la France, l’Armée du Salut est officiellement responsable de l’accompagnement social des réfugiés ukrainiens, tant dans les centres de premier accueil d’urgence que dans des logements plus permanents. Ces hébergements se font soit chez des particuliers, soit dans des logements mis à disposition par les autorités locales.

La Géorgie accueille désormais des personnes déplacées en provenance d’Ukraine. A Batumi et Tbilissi, l’assistance de l’Armée du Salut comprend la distribution de colis alimentaires, de produits d’hygiène, de vêtements et de couvertures.

En Allemagne, le poste de Berlin Sud-Ouest a travaillé en étroite collaboration avec des bénévoles à la gare de Berlin-Südkreuz. Le poste a accueilli 20 réfugiés d’Ukraine en une nuit. Les gens ont reçu un hébergement, un petit-déjeuner, un déjeuner, un dîner, des services de blanchisserie, des kits d’hygiène, des conversations, des soins et des prières partagées.

En avril, la Grèce a lancé le projet « The Meeting Point » pour aider les personnes qui ont fui le conflit en Ukraine. Basé au poste d’Athènes à Agios, Panteleimonas, ce projet fournit des besoins matériels pratiques et essentiels, ainsi qu’une assistance et des conseils afin d’offrir une voie vers une intégration significative. L’Armée du Salut grecque a également fourni des cartes sim de téléphone portable et des bons de supermarché aux réfugiés ukrainiens.

Produits de première nécessité

La Lettonie a fourni de la nourriture, de l’eau et de la literie aux réfugiés arrivant d’Ukraine, tandis qu’en Lituanie, un nombre croissant de familles ukrainiennes ont demandé des articles de première nécessité. L’Armée du Salut de Klaipeda et de Vilnius apporte toute l’aide qu’elle peut, en fournissant de la nourriture et des articles d’hygiène, de la literie, des bons de supermarché et des bons de vêtements pour le magasin d’occasion de l’Armée du Salut. De nombreuses activités pour enfants ont été étendues aux enfants réfugiés.

Fin mars, l’Armée du Salut a pris en charge l’un des plus grands centres d’hébergement d’urgence pour réfugiés de Norvège. Kongsberg akuttmottak » accueillera 700 réfugiés ukrainiens pour une période de deux à trois mois, avant de leur proposer un logement permanent dans les municipalités. Le centre, situé dans un collège universitaire récemment fermé, mesure 15 000 mètres carrés et propose quatre repas par jour, des services de santé, des activités pour les jeunes enfants et l’enseignement dans les écoles primaires et élémentaires, en coopération avec les autorités de la ville. L’Armée du Salut a signé un contrat d’un an avec le gouvernement pour le fonctionnement du centre.

Le gouvernement espagnol, par l’intermédiaire des mairies et de la Croix-Rouge, accueille les réfugiés ukrainiens et localise ensuite les lieux qui offrent les services et l’aide nécessaires, tels qu’un abri, de la nourriture et un logement. L’Armée du Salut a contacté le gouvernement pour proposer ses ressources, notamment la fourniture de nourriture et de logements temporaires à Denia et à Coruña.

Aux Pays-Bas, l’Armée du Salut apporte son soutien aux familles qui accueillent des réfugiés ukrainiens et gère plusieurs lieux d’hébergement temporaire, notamment sur des bateaux de croisière mis à disposition à cet effet.

Rapport du SAWSO (Salvation Army World Service Office)

Vous pouvez les soutenir

L’Armée du Salut a lancé une collecte de fonds exceptionnelle ayant pour objectif de soutenir les équipes sur place qui font face à des demandes en augmentation chaque jour.

Back To Top