skip to Main Content

Être bénévole, c’est consacrer du temps à son prochain

Lorenza est italienne. Aujourd’hui âgée de 78 ans, elle a été appelée à s’engager comme sœur dans la Congrégation « Les fidèles compagnes de Jésus » il y a 57 ans. Alors toute jeune adulte, elle n’avait pas encore réalisé ce que signifiait réellement ce dévouement, Christ n’était pas encore réellement au centre de sa vie.

Petit à petit, Dieu lui a montré sa présence dans plusieurs aspects de sa vie. Appréciant le travail auprès des enfants, elle a pu allier cette passion avec sa vocation religieuse. Maîtrisant parfaitement quatre langues étrangères, Lorenza a été envoyée en mission dans de nombreux pays, notamment en Bolivie où elle a pu continuer à œuvrer parmi les enfants.

En 2006, Lorenza est nommée en Belgique comme économe provinciale continentale. Ayant un peu de temps disponible, elle rejoint un groupe de religieuses qui propose aux écoles des programmes d’information sur la prostitution, des risques liés au trafic des êtres humains et à l’esclavage des enfants.

En raison de la pandémie, Lorenza a malheureusement dû cesser ses activités, mais souhaitait continuer à consacrer du temps à son prochain. Elle a alors tout son temps pour se consacrer au service de bénévolat proposé par Serve the City à l’Armée du Salut. Elle y prépare des repas et participe ensuite à leur distribution. Au début, c’était un simple passe-temps. Mais une journée d’immersion auprès des sans-abris et des migrants change définitivement son point de vue à leur sujet.

Lorenza comprend alors que ces personnes sont généralement venues en Europe avec l’espoir d’une vie meilleure, mais elles réalisent bien souvent que la réalité est toute a

utre. Désormais, elle ne traverse plus la route quand elle voit un sans-abri assis sur le trottoir elle va vers lui pour le saluer.

Deux fois par semaine, la nouvelle volontaire est fidèle au poste à l’Armée du Salut pour la distribution des repas.

« Le contact avec certains bénéficiaires est très touchant, certains m’appellent mama ou mamie, il y a même un bénéficiaire qui m’offre régulièrement un bouquet de fleurs ramassées dans les champs. »

Cette action bénévole est pour Lorenza une manière de témoigner de l’amour de Dieu.

Esther Tesch

Back To Top