skip to Main Content

Donner la possibilité de se reconstruire malgré une histoire compliquée

Le magasin de seconde main « Het Trefpunt », tenu par l’Armée du Salut à Anvers, collabore depuis plusieurs années avec le ministère de la Justice, dans le cadre du partenariat avec Elegast. L’objectif est de proposer une solution alternative à la réinsertion plutôt qu’une peine de prison.

Depuis 2007, l’ASBL Elegast collabore avec la Maison de justice d’Anvers dans le cadre du service communautaire autonome. Ce dispositif s’adresse aux personnes de moins de 31 ans qui encourent une peine de prison, mais pour lesquelles des solutions alternatives peuvent être envisagées. Cela permet d’éviter de perturber les liens sociaux et familiaux induis par la détention, de garder un lien avec la société, de faciliter la réhabilitation et la réintégration du délinquant.

Les propositions de lieu d’accueil tiennent compte, autant que faire se peut, de la situation personnelle, des compétences et des préférences de chacun. Un superviseur du service communautaire veille à la bonne exécution de la mission : la ponctualité, l’investissement au sein de la structure… En cas d’irrégularité ou de problème, le superviseur peut soumettre le dossier à la commission de probation qui peut décider de mettre fin à l’injonction de travaux d’intérêt général et demander au ministère public d’exécuter la peine de remplacement.

La lieutenante Manuela Ringelberg est l’officière (Pasteure) de l’Armée du Salut responsable à Anvers. Quand elle a été sollicitée pour que le magasin de seconde main soit un lieu d’accueil pour les personnes bénéficiant de ce programme, elle a accepté, estimant que cela correspondait avec la valeur d’inconditionnalité chère à l’Armée du Salut.

« Les personnes qui nous sont adressées ont des profils très variés, de tous âges et de toutes classes sociales. », explique Manuela. Certaines avaient démarré un service communautaire dans une autre structure, mais ne s’y sentaient pas à l’aise. Ils terminent alors leur nombre d’heures de travail non rémunéré au service de la communauté au sein du magasin Het Trefpunt.

L’Armée du Salut contribue à répondre à un besoin social en raison du passé de ces personnes qui ont souvent une histoire compliquée et ont besoin d’une structure, d’une oreille attentive, d’un accompagnement administratif pour mettre en ordre des papiers, ou d’une aide spirituelle. Nombre d’entre elles manquent de confiance en soi, sont en colère ou déçues par ce qui leur est arrivé. C’est en cela que l’Armée du Salut peut leur apporter du réconfort. Dans de nombreuses situations, le contact est maintenu à l’issue de leur service communautaire.

En général, les personnes qui effectuent leur ordonnance de service communautaire au sein de l’Armée du Salut sont très heureuses de ce temps passé là et apprécient d’y revenir. Certaines restent comme bénévoles parce qu’elles ont besoin d’un cadre et que les liens construits sont facilitateurs. Pour Anita, qui avait de gros problèmes de ponctualité, c’est à force de discussions et de patience qu’elle a réussi à se conformer aux règles. Aujourd’hui, alors que sa peine est terminée, elle a trouvé du travail.

La lieutenante a été très touchée quand elle a reçu une carte de remerciements de cette dame qui lui disait : « Manuela, tu étais stricte mais juste, et, grâce à ta persévérance, j’ai trouvé un emploi. Merci pour ton temps et ta patience. »

Lieutenante Manuela Ringelberg

Nos derniers articles

Une année plus tard … bilan de l’aide apportée suite aux inondations à Liège.

En juillet 2021, des inondations sans précédent ont durement touché la Belgique et ont causé le…

Lire plus

Jacques Donzé est le nouveau président des Œuvres Sociales de l’Armée du Salut en France et en Belgique

Le Colonel Jacques Donzé, déjà à la tête de la Congrégation de l'Armée du Salut…

Lire plus

L’Armée du Salut mobilisée en Ukraine

La situation en Ukraine a déjà des conséquences humanitaires terribles : des milliers de personnes…

Lire plus
Back To Top