Aucun pouvoir subsidiant ne finance ce service. Seuls, les dons perçus par les Œuvres Sociales de l’Armée du Salut ainsi que les denrées (lait, conserves de légumes, de fruits, de poissons ou de viande, …),de la Banque Alimentaire, du B.I.R.B, de la Commission européenne, des petits commerces d’alimentation,  boulangeries et pâtisseries voisines lui permettent d’offrir, deux jours par semaine, des colis à quelques 350 familles (+/-1000 personnes) des communes de Bruxelles.

 Pour obtenir un colis alimentaire, elles doivent être envoyées par un CPAS. Nous étudions chaque situation individuelle et/ou familiale. Cela nous permet d’une part de ne distribuer de colis qu’aux personnes se trouvant réellement dans une situation précaire et d’autre part de les aiguiller pour une remise en ordre de leur situation administrative (avocat, centre de guidance,…), familiale (logement, allocations familiales, pension alimentaire,…) et financière (médiation de dettes,…).

 En dehors de Bruxelles, les postes de l’Armée du Salut constituent, dans leurs locaux, une réserve de denrées non périssables à  offrir, à la demande, aux personnes en situations précaires. Selon les moyens matériels et financiers dont ils disposent, nos officiers et membres bénévoles organisent des distributions de soupes et sandwichs dans les rues de leurs communes, à cela, s’ajoutent également des couvertures, vêtements chauds, tentes, sacs à dos, …

Il ne suffit pas d’organiser une distribution à tout vent, il faut aussi partager du temps, échanger des expériences, conseiller, offrir un sourire, une poignée de main compatissante, …ce n’est qu’une infime partie du ministère de l’Armée du Salut